Facebook : 5 vérités qu’une startup devrait savoir avant de perdre tout son budget !

Page Facebook. obligé de payer de la publicité

Avec 2,45 milliards d’utilisateurs, bientôt la moitié de la l’humanité sera sur Facebook, il y’ a donc de forte chance que vos clients y soient déjà.

Toute stratégie de marketing digital se doit d’inclure une stratégie social media mais qui dit social media ne veut pas toujours  dire Facebook. Facebook est certes le leader mondial des réseaux sociaux mais cela ne veut pas dire que toutes les entreprises y ont leur place.

Avant de définir une stratégie social selling il est important de considérer le profil de son entreprise et celui des utilisateurs des réseaux sociaux sur lesquelles on veut communiquer.

Vous n’êtes pas obligé de communiquer sur tous les réseaux sociaux, un maximum de trois étant suffisant selon certains grands marketeurs, et moi je dirai même que si vous connaissez bien votre persona et attribuer des objectifs spécifiques en fonction de chaque  réseau social, deux plateformes seront largement suffisantes. 

Pour bien choisir votre canal de communication, vous devez vous poser quelques questions en amont.

Le réseau social est-il B to B, B to C  ou les deux ?

Mon client type se trouve-t-il sur cette plateforme ?

Mon budget me permet-il de communiquer ici?

Ais-je la patience et la compétence requise à disposition pour bâtir une communauté ?

La liste de questions est non exhaustive mais leurs réponses seront suffisantes pour vous éviter d’engloutir votre budget, votre temps et votre énergie sur une plateforme qui ne servira pas au mieux les objectifs de votre entreprise.

En ce qui concerne principalement Facebook, oui il y’a de forte chance que vos potentiels clients y soient déjà mais il vous revient de connaître les réalités liées au marketing sur Facebook afin de tirer votre épingle du jeu et ne pas vous retrouver piéger dans une spirale de dépense sans fin.

Le but de cet article n’est pas de faire une mauvaise campagne à l’entreprise de Zuckerberg mais de vous donner des informations souvent tabous à fin que vous puissiez décider au mieux pour votre entreprise à vous. Et si après votre lecture vous êtes toujours décidez à communiquer sur Facebook, confier votre community management à une personne qui a donné assez d’argent à Zuckerberg  et qui sait désormais comment passer entre les mailles du filet Facebook Ads.

Dans cet article nous dévoilerons la face cachée du social selling mais surtout nous parlerons des bonnes pratiques pour réussir sa stratégie social media sur Facebook en nous inspirant de ceux qui ont bâti leur marque grâce à des communautés engagées. Et si finalement votre avis n’est plus favorable au marketing sur le réseau social le plus populaire au monde, dans ce cas vous serez rassuré d’apprendre que si votre entreprise n’est pas présente sur Facebook ce n’est vraiment pas la fin du monde. Je vous propose dans cet article des alternatives moins coûteuses mais avec d’énormes opportunités et qui, si vous savez comment vous y prendre donneront bien plus d’écho aux valeurs de votre entreprise de votre entre.

Facebook n’est pas « the place to be » pour toutes les entreprises

Cette information pourrait choquer plus d’un et ce n’est certainement pas  Danilo Duchesnes qui partagerait cet avis mais ce que vous devez savoir à ce niveau c’est que Facebook est majoritairement une plateforme B to C (business to consumer) et de ce fait, une entreprise qui vend directement au consommateur aura moins de difficulté à vendre sur Facebook qu’une entreprise qui fait des prestations de services à d’autres entreprises telles que l’Agence Digitale la Networkeuse ☺.

Pour imager, disons juste que, une vendeuse de cosmétique ou de sac est susceptible d’avoir un meilleur résultat sur Facebook qu’un freelance graphiste par exemple ou une entreprise de prestation. Ces derniers auraient plutôt tout intérêt à s’investir d’avantage  sur LinkedIn par exemple.

Vous n’êtes pas convaincu? Je vous invite à télécharger mon E-book GRATUIT sur les 5 tips LinkedIn pour prospecter passivement, automatiquement, en illimité et surtout vendre ses services chaque semaine!

Pour en revenir à Facebook, je ne suis pas en train de dire qu’une entreprise B to B n’y a pas de place. Je me risquerai même à dire que toute marque digne de ce nom  doit communiquer sur ce réseau social mais pas de la même façon et toutes n’auront pas forcément les mêmes résultats. S’il reste difficile pour une entreprise B to B de vendre sur Facebook, il n’en demeure pas moins qu’il n’y a pas mieux comme réseau social pour gagner rapidement en notoriété ou pour fédérer une communauté autour de sa marque et croyez moi-même si ces deux objectifs ne vous font pas vendre immédiatement, il n’y a pas mieux pour un social selling gagnant.

Votre page Facebook ne vous appartient pas

Avant d’établir sa présence en ligne, une entreprise doit définir au préalable la ou les plateforme(s) qui vont lui permettre d’entrer en contact avec sa cible.

En fonction de ce qu’elle choisira, il s’agira de l’un des trois types de médias qui servent au marketing digital :

  • Les médias propres ou ceux qui vous appartiennent réellement (blogs, vlog, newsletter…)
  • Les médias gagnés ce que vous avez acquis par le mérite, ils ne vous appartiennent pas mais vous n’avez pas payé pour. Cela peut être des retombées médiatiques, un ami qui partage votre poste, un journal qui parle de vous…
  • Les médias payant vous l’aurez compris ils font tout ce pour quoi vous payez.

Vous vous souvenez encore du jour où vous avez créé  votre compte Facebook dans les années 2010 ?

il y avait cette fameuse phrase qui disait je cite « Facebook est gratuit et le restera toujours » lol eh bien cette fameuse phrase a disparu depuis peu et après ce petit cours de marketing digital vous savez déjà à quelle catégorie de média appartient le réseau social de Zuckerberg.

Et parce que votre page Facebook ne vous appartient pas contrairement à un blog, vous devez payer pour communiquer dessus et rester visible  mais nous reviendrons sur cet aspect un peu plus bas.

Notons aussi la rigidité des règles régissant les activités des pages d’entreprises. Tous les growth-hacks qui permettaient de grandir organiquement à l’aide des plugins, bot…etc n’ont plus accès à la plateforme ou ont désormais un champ d’action très limité.

L’expérience utilisateur étant la priorité de Marc Zuckerberg, vous n’êtes donc pas loin d’une sanction ou bien de perdre complètement votre page au cas où vous enfreindriez l’une des fameuses règles qui protègent les communautés.  Et croyez-moi si vous n’avez pas assez d’argent pour Facebook Ads ou de la patience pour fédérer une communauté d’ambassadeur autour de votre marque, vous serez tenté par ces méthodes peu appréciées de Facebook pour continuer de vendre et de rester visible gratuitement et ce n’est certainement pas moi qui vous en blâmerais mais je vous recommande de les utiliser avec parcimonie. 

Vous ne pouvez plus vendre grâce à votre page entreprise sans sponsoriser

Comme vous, beaucoup d’entreprises ont compris que leurs clients se trouvent probablement sur Facebook et se livrent une bataille acharnée entre elles afin d’atteindre leur cible à travers leurs contenus. Résultat, les fils d’actualités des utilisateurs sont saturés. 

La priorité de Facebook étant l’expérience utilisateur,  son algorithme mettra donc en avant les contenus provenant des proches (famille, amis, collègues…), suivi des contenus provenant de leurs communautés et enfin ceux des pages.

La portée organique des publications des pages est en constante chute, il n’est donc plus aussi simple qu’avant de bénéficier de la viralité d’un contenu et ce malgré sa forte valeur. 

On vous parlera des types de contenus qui offrent de meilleurs résultats en terme d’engagement (live, vidéos, photos…)  mais à la fin si vous avez besoin de rester visible pour une bonne partie de votre audience il vous faudra sponsoriser un minimum.

Cela dit vous avez malgré tout, tout intérêt à produire un contenu de bonne qualité et surtout engageant car si vous faites des publications qui ne suscitent pas des interactions de la part de votre audience, l’algorithme Facebook va sanctionner votre prochain post en revoyant  son reach (portée organique) à la baisse. Et même si dans ce cas vous le sponsorisez pour atteindre une grande partie de votre audience, le Coût par clic ou par acquisition va vous coûter les yeux de la tête.

  Vous ne devez surtout pas vendre sur Facebook !

Ok je sais que là vous êtes complètement largué car je n’ai pas arrêté de parler de vente un plus haut mais ce que je veux dire à ce niveau c’est que pour mieux vendre sur Facebook et sur les réseaux sociaux en général, il ne faut pas submerger votre audience avec du contenu promotionnel. Prenez du temps en produisant un contenu qui apporte une réelle valeur à vos abonnés, créez une relation étroite avec eux par des interactions et ils se chargeront naturellement de la promotion à votre place et ce gratuitement c’est ce qu’on appelle entre autres fédérer une communauté.

Ne faites surtout pas l’erreur que font beaucoup de startups qui débarquent sur Facebook avec un budget publicité pensant avoir leur ROI rapidement parce qu’ils ont investi quelques sous, lol. Vous n’aurez certainement pas une plus-value pour la simple et bonne raison que sur Facebook on achète difficilement à une personne qu’on ne connaît pas !

Une étude dit qu’un consommateur a besoin d’être en contact avec  une marque 5 à 7 fois pour se décider enfin à l’achat. Alors ne vous dirigez pas dans le gestionnaire de publicité, directement vers l’objectif « conversion » qui est celui dédié à la vente  pensant que Facebook sortira sa baguette magique pour vous trouver des clients, sous peine d’engloutir votre budget pour peu ou pas de résultat.

D’emblée je ne recommande pas souvent l’utilisation de l’objectif de conversion pour une entreprise qui débarque nouvellement sur Facebook. Je vous suggère à la place ces trois objectifs : notoriété, vue de vidéo et interaction. Pourquoi ?

Premièrement parce que l’objectif de notoriété vous permet de vous faire connaître à moindre coût, c’est l’un des objectifs les moins coûteux dans le gestionnaire de publicité et comme je vous l’ai dis,  sur Facebook on achète à une entreprise qu’on connaît assez pour faire confiance.

Deuxièmement La vidéo est le meilleur format sur les réseaux sociaux pour vous permettre de passer un maximum d’informations en peu de temps, oui hélas peu de personnes supportent la lecture comme vous😊. Et mieux encore, la vidéo est idéale pour le retargeting, en gros vous pourrez vous servir des informations de vos « vues de vidéos » pour relancer les bons prospects dans un objectif de conversion si vous vous décidez finalement à l’utiliser et dans ce cas votre publicité vous sera beaucoup moins coûteuse et plus rentable car l’algorithme aura assez d’informations pour montrer votre publicité à des personnes susceptibles d’être réellement intéressées ce qui finalement fera du bien à vos affaires.😊

Troisièmement, on ne vous le dira jamais assez la clé du social selling reste la communauté. Au sein d’une communauté engagée, se trouvent des ambassadeurs de prêt à porter haut les couleurs de leur marque préférée. Pour fédérer une communauté, vous devez interagir  avec elle, pour ça, elle doit être en contact avec vos publications et pour qu’elle voie vos publications…bref nous n’allons pas nous répéter, vous savez ce qu’il vous reste à faire 😉.

Rassurez-vous c’est juste pour un début si vous vous investissez assez auprès de cette communauté qui gravite autour de votre entreprise comme le fait le célèbre média web camerounais Bimstr, plu tard vous n’aurez même plus besoin de sponsoriser vos contenus et finalement vous « vendrez sans vendre ».

Les réseaux sociaux sont chronophages 

Vous le savez déjà, le succès de votre stratégie social media, reposera principalement sur la qualité de la communauté qui gravite autour de votre marque.

Ce que vous ne savez peut-être pas encore c’est que fédérer une communauté engagée demande énormément de temps et je pense à mon humble avis que c’est l’une des raisons qui poussent autant de promoteurs à abandonner leurs pages entreprises après avoir investi autant en temps et en ressources.

Avant de vous engager sur Facebook principalement sachez que vous devrez faire avec certaines contraintes comme publier au moins trois fois par semaine et maintenir une certaine fréquence de publication pour ne citer que ces deux là. L’algorithme de Facebook est un tantinet capricieux et ne manque pas une occasion de sanctionner les pages qui espacent trop la fréquence de leurs publications en baissant leurs visibilités naturelles, oui je  vous ai prévenu plus haut, votre page ne vous appartient pas vraiment et vous ne pouvez pas vous permettre de poster juste selon humeurs…

Parlant toujours de publication, il vous faudra du temps pour en produire en quantité et en qualité. La création des images ou des vidéos et du contenu rédactionnel peut très vite devenir un vrai parcours du combattant pour une personne qui n’est pas rodée dans le domaine car produire régulièrement du contenu c’est bien, mais produire un contenu vraiment engageant qui apporte une réelle valeur à sa communauté c’est mieux. Si vous n’avez donc ni le temps, ni la compétence nécessaire pour mener à bien cette tâche, je vous recommande fortement à faire appel à un professionnel ou de reconsidérer votre stratégie en marketing digital.  

Ça y est vous êtes désormais au courant des pièges du marketing Facebook. La liste est loin d’être exhaustive mais nous avons abordé l’essentiel dans cet article. Vous pouvez donc désormais décider en connaissance de cause si oui ou non vous voulez miser sur le premier réseau social au monde. Quoi vous décidiez permettez-moi de vous donner un avis qui n’engage bien sûr que moi « peu importe que vous préfériez les réseaux sociaux, les Vlog ou les blogs pour établir votre présence en ligne, votre site web reste votre actif numérique le plus précieux et toutes les actions que vous déciderez de mener sur les autres plateformes doivent converger avec les objectifs de votre site web ». Je ne développerai pas cette maxime dans cet article mais si vous avez bien assimilé notre petit cours de marketing digital sur les différents types de médias, vous aurez une idée de ce qui me motive aujourd’hui, après 2 années de community management à me spécialiser en référencement SEO.

Si vous avez trouvé cet utile, n’hésitez surtout pas à me le dire en commentaire et à le partager, cela m’encouragera à continuer de vous informer sur les bonnes et mauvaises pratiques en marketing digital appliqué en Afrique et principalement au Cameroun  😊.

Judith Christelle Manga

Judith Christelle Manga

Leave a Replay

À Propos de Nous

Consultante en marketing digital, Christelle Manga est la promotrice de l'agence digitale la Networkeuse

Bonjour, je suis Christelle Manga, la fondatrice de l’Agence Digitale la Networkeuse en abrégé (ADN) sarl, qui est une startup qui aide d’autres startups à booster leur croissance grâce à une stratégie d’acquisition de tunnel de vente

Lire la suite

Recent Posts

SEMrush

Suivez-Nous

Nos derniers tutos

Inscrivez-vous à notre news letter